sans-elle.jpg

La solitude dévore l’âme comme une maladie cruelle.

Quand les êtres aimés s’en sont allés de l’autre côté de la vie, quand l’amour se fait attendre, le cœur se ronge à petit feu et coulent des larmes amères.

Et quand la folie s’invite au festin, elle entraine avec elle une danse macabre et vaine où virevoltent les anges de la mort.

Il y a tant de façon de partir…

La beauté de la poésie d’Élodie Lamirault tient dans sa capacité à exprimer ses sentiments sans mensonges, sans concessions, dans une sincérité froide et coupante. Mélancoliques et sombres, ses poèmes expriment, sans fausse pudeur ni autosatisfaction malsaine, la douleur de la solitude, le déchirement de la perte, le désir de mettre fin à la souffrance. « Sans Elle… » fait vibrer la corde de la tristesse sourde qui résonne en chaque être ayant connu le malheur.

Vidéo
Évaluation et Commentaires
0
0 commentaires
Contacter l’auteur